Stage Carnet de voyage Essaouira-Marrakech, 2-9 novembre 2013

Quel bonheur d'échapper à la grisaille parisienne de l'automne en s'envolant au Maroc avec un petit groupe de stagiaires chanceuses pour un stage Carnet de voyage haut en couleurs et en saveurs.
Destination Essaouira la bleue, puis Marrakech la rouge !
Merci à Muriel, Fred, Eliza, Sylvie, Marie et Nicole pour leur enthousiasme et leurs carnets si sensibles.







Une mise en bouche iodée avec une séance de croquis en regardant vers les remparts de Vauban. Attention aux mouettes qui tournoient au-dessus de nos têtes, alléchées par l'odeur insistante des sardines tout juste pêchées.


 Les barques céruléennes tassées comme des sardines en boite, justement !














Une excursion nous conduit à la découverte d'un marché villageois et des nombreux métiers traditionnels qui perdurent à la campagne : le maréchal ferrant à l’œuvre, les bergers menant leurs moutons, les maraîchers... Nous assistons à une scène mémorable : l'installation d'un dromadaire dans un pick up à destination d'Agadir.
Mes stagiaires s'amusent à capter mouvements et ambiances à la pointe du pinceau et du feutre. Un challenge difficile mais relevé haut la main ! 
Nous dessinerons également malgré la pluie la palmeraie d'une oasis, puis les femmes qui extraient des noix d'arganier la bienfaisante et délicieuse huile d'argan à la coopérative féminine Marjana, sur la route d'Essaouira.




Après une matinée sur la plage passée à dessiner des dromadaires sous toutes les coutures, nous déambulons dans les ruelles d'Essaouira au gré des rencontres et des lumières. Poissons du marché tout juste sortis de l'eau, herbes aux parfums mystérieux, portes ciselées...










Direction Marrakech ! Nous quittons la quiétude de la blanche Mogador pour un plongeon dans la trépidante médina de la ville rouge. Malgré tous ses défauts, impossible de se lasser de Marrakech : je suis ravie de faire découvrir à mes stagiaires toute la vie qui se cache au cœur du labyrinthe des souks.

















Nous inventons des nuanciers épicés, et les motifs ornementaux du Palais de la Bahia en inspirent quelques unes.



Enfin, une promenade parmi les allées ombragées du jardin Majorelle et un dernier verre à la Mamounia avant de nous quitter, des étoiles de zelliges plein les yeux !



Aucun commentaire:

LinkWithin

Related Posts with Thumbnails